Accueil > Actualités > Commerçants : expliquez les hausses de prix à vos clients !

Hausse des prix

Chers clients,
Nous assistons, impuissants, à une hausse historique des cours de certains fruits qui pèsent lourd dans nos comptes d’exploitation.
Sachez avant tout, que Banagrumes ne fait que vous répercuter ces hausses avec le maximum de rigueur. Cet article a pour intention de partager avec vous les éléments utiles pour expliquer à vos clients la hausse des prix qu’ils subissent actuellement.

Le citron : 
C’est l’un des premiers produits à avoir réagi, suite au confinement de la population française le 16 mars dernier. Plusieurs choses à retenir :
Tout d’abord le beau temps qui règne sur notre territoire depuis maintenant plus d’un mois, entraîne très souvent un mauvais temps sur les zones de production en Espagne : 1ère complication.
Ensuite, le Covid 19 a impliqué la mise en place de gestes barrière à tous les niveaux de la chaîne de production. La cueillette, l’emballage en station n’ont pas été facilités par le respect de la distanciation sociale. A cela s’ajoute un absentéisme de la main d’œuvre qui a généré de fortes tensions à l’approvisionnement. Tout cela a un moment de surconsommation inattendu pour le citron !
Enfin, le récent passage à la variété de fin de saison, le « verna », ne va pas arranger la situation. Nous savons depuis un bon moment déjà que les volumes prévus en production sont nettement inférieurs de 20 à 25% à ceux de l’an dernier, et que le calibre moyen produit est nettement supérieur à celui d’autres années. A tel point que si l’on ne considère que les calibres commerciaux, la baisse du volume commercialisable passerait à -35/-40% !
C’est donc l’accumulation de tous ces facteurs qui explique cette hausse.

L’orange et la mandarine :
Outre les problèmes déjà évoqués pour le citron, c’est le phénomène d’alternance des vergers qui est le principal facteur aggravant. Les arbres ont la « malheureuse habitude » – après une année de grande production – de se « reposer » l’année suivante. La saison 2018/2019 était une année de surproduction, jugée catastrophique par les agrumiculteurs à cause « des prix de misère » payés à la production. Nous avons pu le constater depuis le début de saison : les prix (premier indicateur de l’offre et de la demande d’un produit) ont toujours été supérieurs à l’an dernier. Ce n’est pas tout, depuis le début de cette saison 2019/2020, nous avons terminé de commercialiser toutes les variétés d’agrumes en avance – et parfois jusqu’à un mois – par rapport au calendrier habituel. La fin de saison arrivant à grand pas, il est facile de voir que la spéculation sur les derniers fruits restants sur l’arbre est grande, et que ceux-ci ne pourront malheureusement plus baisser. D’où les prix jamais atteints que nous vous proposons actuellement et certainement jusqu’en fin de saison.

La Banane :
Elle s’en sort plutôt bien ! le phénomène a été moins perceptible. Banagrumes a toujours joué le jeu du suivi du travail avec ses clients, et la flambée des prix n’a pas eu lieu. La filière française de commercialisation de la banane a en effet privilégié le dialogue interprofessionnel, des producteurs aux distributeurs, en passant par les importateurs, les mûrisseurs et les grossistes. Cela a permis non seulement de maintenir un approvisionnement régulier mais également dans des quantités suffisantes pour répondre à la hausse de la consommation actuelle de certains réseaux ainsi qu’aux à-coups de la demande. Cela est venu compenser la fermeture des marchés couverts et de plein vent ainsi que celle de la Restauration Hors Domicile. Des lignes de références ont été supprimées, des promotions annulées afin d’assurer la continuité d’approvisionnement du marché français. Le seul point où une « tension » a pu être constatée a été la maturité de la banane. Nous vous avons fourni une banane un peu trop verte par moments, nous le reconnaissons bien volontiers !

Les coûts de transport :
Ils jouent aussi un rôle dans cette hausse des prix ! Des pans entiers de l’économie sont aujourd’hui à l’arrêt, cela impacte et vient compliquer énormément la tâche de nos transporteurs routiers qui ont parfois beaucoup de difficultés à trouver les marchandises pour leur voyage  « retour » en origine. En effet ces voyages retour, sont un des facteurs entrant en ligne de compte dans le calcul du prix du transport. S’ils rentrent à vide, il est aisé de comprendre que le prix « aller » doit désormais se calculer en prix « aller/retour » pour rentabiliser ce voyage !
C’est aussi le cas de toute la marchandise exotique arrivant par avion. Le fret aérien étant aujourd’hui, à l’instar de l’aviation civile, quasiment à l’arrêt, le peu de produits qui arrivent sur notre marché – où la demande est pourtant relativement faible en cette période de crise – deviennent soudainement très recherchés par leur rareté, ce qui provoque immanquablement des hausses de tarifs quasiment incontrôlées.

Voilà, pour les principaux produits, les explications qu’il me semblait utile de partager avec vous et éclairent les hausses de tarifs que vous constatez chez votre partenaire fournisseur. Le côté inédit de cette crise est présent partout.
Espérant vous avoir permis de mieux comprendre cette situation, nous restons, avec nos équipes, engagés à vos côtés afin de vous servir toujours au plus proche de vos demandes.
Nous vous assurons de tout notre soutien en cette période pour le moins inhabituelle, et espérons que vous prendrez soin de vous, de vos proches, de vos clients en ne baissant pas la garde et en appliquant toujours aussi rigoureusement les gestes barrière dans votre vie professionnelle comme dans votre vie familiale.
Eux seuls peuvent nous prémunir de la transmission du virus et nous permettre de récupérer une vie sociale qui nous manque tant aujourd’hui !

Cordialement,

Alain Alarcón

Président 

<< Retour aux actualités